jeudi 28 novembre 2013

Vaulx - Vraucourt, pour clôturer l'année 2013 au CGA

Le forum-expo de Vaulx - Vraucourt (62) clôturait une année encore bien active au sein du Club Généalogique de l'Artois. L'occasion pour nos représentants de présenter deux nouvelles thématiques de circonstance puisqu'il s'agissait des travaux collectifs sur le Centenaire 14-18 et sur la tragédie d'Oradour sur Glane que les responsables du CGA avaient visitée l'an dernier à l'occasion de leur participation au forum de Brive la Gaillarde.
2014 sera exceptionnelle, avec le Xème anniversaire du club, les 20 et 21 septembre lors de "GENARTOIS 2014" au Foyer Municipal de Liévin (62). Auparavant, le club aura participé aux forums-expos de Gravelines et Verton-Rang du Fliers (62) avant d'exposer à ceux de Brive (19), Trélazé (49), Escaudain (59) et Magnicourt en Comté (62). Le club participera également à la célébration du Centenaire 14-18 avec la Call durant les cinq années qui suivent. Entre-temps, le CGA exposera ses travaux sur ce Centenaire, à Liévin, le 7 juin, en jumelage avec Oradour et en partenariat avec la Ligue des Droits de l'Homme, ainsi qu'à Wargnies le Petit (59) à une date non encore définie par cette Municipalité du Nord.
video
Rappelons que les personnes intéressées par la Généalogie et les activités du CGA peuvent le contacter au: 03.21.72.13.80 ou sur: dilly-jean@orange.fr. ATTENTION!! le site "genartois@gmail.com" n'est plus en fonction pour l'envoi de vos messages internet.

jeudi 19 septembre 2013

BAILLEUL FETE SON PATRIMOINE GEANT

Pas moins de six géants et quelques artistes peintres amateurs accompagnaient le Club Généalogique de l'Artois pour célébrer les Journées Européennes du Patrimoine à Bailleul. Pour l'occasion, sire Berthoult, le géant local, avait invité ses amis de la Région: Néandertus, de Biache St Vaast (62); Saint Georges d'Englefontaine (59); Julius d'Etrun ( 62); Ugène Taté de Forest sur Marcq (59); et Isidore Laforge Portefaix Malin de Dainville (62). Un cortège prestigieux qui encadrait l'exposition des peintres à l'église de Bailleul et l'exposition sur les géants  d'Europe et du Québec présentée par le CGA à la salle polyvalente locale. Le CGA participait également à ces Journées Européennes, à l'Hôtel de Ville de Liévin (62) où il présentait les patrimoines régionaux inscrits à l'UNESCO ( phares, moulins, géants et beffrois du 59/62).

lundi 9 septembre 2013

Le Forum des associations Liévinoises 2013

video
Le CGA participait, les 6 et 7 septembre, au IIème Forum des assos Locales où il présentait quelques généalogies particulières et des thématiques sur les patrimoines régionaux. Au cors de ce forum, le club a pu prendre contact avec la Maison de la Polonia de France qui pourrait apporter une aide efficace à nos chercheurs descendant des nombreux immigrés qui arrivèrent dans notre Région 59/62 au début du XXème siècle pour travailler dans les mines de charbon et engendrer, de ce fait, un important brassage ethnique qui fait l'objet de leurs recherches généalogiques. Bilan positif donc pour le club qui participera, dans les semaines à venir, à d'autres forums régionaux (Lens, Calais, Vaulx-Vraucourt).

jeudi 5 septembre 2013

L'OMMEGANG DE MALINES 2013

video
C'est sans doute l'une des plus anciennes processions de Belgique. Sous le vocable d'"Ommegang", on désignait, jadis, la procession qui longeait les remparts de Malines avec les reliques de St Rombaut. La première eut lieu en 1302 lorsque le Duc Jean II de Brabant fit le siège de la ville. C'était une procession de pénitence et de prière. Au fil des temps, on y ajouta des figures bibliques puis des figures muthologiques. C'est pourquoi le clergé Malinois décida de séparer la procession de l'Ommegang qui représentait surtout des géants et des scènes populaires: apparurent, en effet, au cours des 15è, 16è et 17è siècles, les géants, le cheval Bayard, les chameaux, le vaisseau de guerre, la Roue de la Fortune et Opsignoorke, personnage folklorique de Malines. Certains chars assurèrent dès le 19è siècle une transition entre la cavalcade religieuse d'Hanswijk, vieux quartier de Malines, et l'Ommegang folklorique représenté par: le "Lischbloem", le Peone, le traîneau du Peone, et le char de la prédication de St Rombaut.
Ceux qui, comme les membres du CGA et leurs sympatisants, n'ont pas vécu l'Ommegang 2013 en compagnie de leurs altesses royales Philippe et Mathilde de Belgique, devront attendre...2038 pour voir la treizième édition de cet évènement exceptionnel inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

samedi 20 juillet 2013

Fromelles, le guet-apens Australien...

Les généalogistes - randonneurs du CGA ont effectué, cet hiver, une rando - souvenir sur le site de Fromelles où s'est déroulée l'une des plus grandes tragédies de la Première Guerre Mondiale, les 19 et 20 juillet 1916. En deux jours d'assauts, sanglants à l'extrême, plus de 8000 morts, blessés ou prisonniers, sur cette plaine des Weppes au coeur des Flandres. Il s'agissait de reprendre la crête d'Aubers dont s'étaient emparée les Allemands le 9 mai 1915. Après l'échec de Neuve - Chapelle (24 mars 1915), le maréchal Joffre sollicitait l'appui des Anglais sur le front d'Artois pour percer le front Allemand au nord d'Arras. S'ensuivra les violents combets sur les crêtes de Vimy et Lorette. Le front allait se déplacer en partie vers le site d'Aubers qui servait d'observatoire stratégique à l'ennemi sur les lignes alliées. Les troupes Françaises et Britanniques portaient une offensive matinale le 9 mai 1915 mais elles se trouvaient vite piégées par d'intenses tirs des mitrailleuses ennemies qui les isolaient irrémédiablement.
video
La bataille de la crête d'Aubers sera un désastre pour l'armée Britannique tout comme celle de Formelles, l'année suivante...

Fromelles, la souricière Australienne...

Le massacre de Fromelles restera, sans doute, l'un des épisodes les plus meurtriers de la Première Guerre Mondiale. Le 19 juillet 1916, le 61ème Division Britannique et la 5ème Division Australienne se lançaient à l'assaut des lignes Allemandes, entre Fleurbaix et Fromelles, pour reprendre la crête d'Aubers conquise par l'ennemi en mai 1915. Ce dernier avait pris position sur le site du "Pain de sucre" (Sugar Loaf) qu'il avait bétonné et truffé de mitrailleuses. 30.000 hommes au moins livraient un combat acharné aux 25.000 Allemands qui les attendaient en embuscade. Les Australiens laisseront près de 7.000 victimes et les Anglais 1500, morts, blessés ou prisonniers, sur cette lande Fromelloise à jamais imprégnée du sang Australien, Anglais, mais aussi Allemand ou autre...
La Guerre, avec tout ce qu'elle contient de NEGATIF...
video
Honneur aux Combattants!

lundi 3 juin 2013

Rendez-vous des grands voiliers à Dunkerque

video
Après Brest, Rouen et Ostende, Dunkerque vient d'ajouter une nouvelle page de l'Histoire de la Marine à voile, en ce débute de juin 2013. Une manifestation internationale de "très haut niveau" qui ne doit rien à ses aînées que nous avons vécues depuis 1992 avec la "première" à Brest. Mais, mieux que nos commentaires, nous vous invitons à flâner avec nous sur les quais Dunkerquois, dans la grisaille du samedi mais sous le soleil radieux du dimanche 2 juin pour découvrir ce merveilleux patrimoine universel que représentent les plus grands et les plus beaux voiliers encore naviguants et que vous pourrez redécouvrir à Rouen dès le 7 juin. Attention, on lève l'ancre...

jeudi 16 mai 2013

Les métiers anciens - Les Verriers de Trélon (59)

Dans le cadre de ses travaux sur les métiers anciens, le CGA a rendu visite aux verriers de Trélon, dans un musée où les outils et les machines (fours, en l'occurence) sont remarquablement conservés en l'état où ils étaient lors de la cessation d'activité, en 1977.
La Verrerie Parant, fondée en 1823, constituait un site unique en Europe, avec son four Boetius inventé au milieu du XIX ème siècle et installé à Trélon en 1889. Il fonctionnait au charbon, au moyen d'un gazogène. Vers 1890, la verrerie fabriquait six millions de bouteilles champenoises soufflée à la bouche! En 1920, elle passe à l'automatisation avec le four Stein fonctionnant toujours avec un gazogène mais il était doté d'un système de récupération de chaleur. Dès 1925, la verrerie se reconvertit dans le flaconnage pour les grandes maisons de parfum. Elle cessera ses activités en 1977 pour devenir, en 1980, un écomusée, l'un des premiers de France, que nous avons visité pour vous.
video
Vous pouvez, cependant, redécouvrir le passionnant métier de souffleur de verre lors de la Journée Internationale des Musées qui aura lieu SAMEDI 18 MAI à Trélon, notamment. Contactez vite l'écomusée au: 03.27.60.66.11 ou sur: contact@ecomusee-avesnois.fr.

Le Forum de Fruges

Le CGA participait, début mai, au VI ème Forum d'Histoire et de Généalogie de Fruges, au coeur des 7 Vallées. Un forum très positif pour notre club généalogique qui présentait plusieurs thèmes sur les métiers anciens, entre 1800 et 1950. Le CGA exposait: les Pressoirs du Roi François Ier, l'histoire du vin Chasselas à Thomery (77); la Fête de la Fenaison à Orcières et les fours à pain du Cantal (15); ainsi qu'un remarquable travail généalogique sur les bourreliers et fileurs de l'Oise, réalisé par une Adhérente de Mouy (60).
Au total, quarante panneaux sur les métiers anciens et la généalogie qui encadraient les ouvrages réalisés par nos chercheurs V et G GISQUIERE ainsi quA D'ORAZIO sur les mariages célébrés à Liévin entre 1737 et 1893.
video
Lors de ce forum, le CGA devait accueillir le Président de l'Association Généalogique du Hainaut Belge, secteur de Tournai,. L'occasion pour les deux clubs d'assainir des relations devenues très ambigües à cause d'intermédiaires trop "entreprenants".. Un nouveau départ pour une collaboration très souhaitée par les deux clubs...!

mercredi 15 mai 2013

Le Fort de la Salmagne (59) - La Ligne Maginot du Nord

Situé sur la petite commune de Vieux Reng près de Maubeuge, le Fort de la Salmagne fut le témoin des deux conflits mondiaux. Son histoire commence après la défaite de 1871 et l'annexion de l'Alsace - Lorraine qui entraîna la restructuration du système défensif de nos frontières afin d'y stopper les armées susceptibles d'envahir la France.
Les premières fortifications furent construites entre 1889 et 1892 par le général SERE de RIVIERES et détruites en 1914 lors du siège de Maubeuge. Les deuxièmes fortifications datent de 1935-1938 et définirent la Ligne Maginot sur le site stratégique du Nord. La Salmagne , avec l'ouvrage de Bersillies, formait le centre de la ligne de résistance protégeant Maubeuge.
Nous avons visité pour vous cet impressionnant ensemble des deux blocs reliés par un "boyau" de 150 mètres. Suivez-nous (sur la vidéo) pour découvrir comment vivaient la centaine de combattants, à trente mètres sous terre, pendant leur trois mois de poste, sans pratiquement voir le jour...
Nous remerçions infiniement l'AMIFORT, Association des Amis de la Forteresse, qui nous a réservé un accueil chaleureux pour cette visite effectuée dans le cadre des travaux du club pour le Centenaire 14/18 auquel le CGA participe sous l'égide de la CALL.
Nous invitons les membres du club résidant dans la Région 59/62 à visiter cet ouvrage remarquable lors des Journées du Patrimoine (14 et 15 septembre 2013). Vous y vivrez en compagnie des groupes reconstituant les campements militaires Américains, Belges et Français, avec leurs véhicules et matériels utilisés lors de la Seconde Guerre.
video
Pour plus de renseignements sur ces Journées, contactez le Pt de l'AMIFORT (06.74.74.84.37 - 06.33.21.73.77 ou sur: alain.loire59@gmail.com). Vous pouvez également découvrir le site de la Salmagne sur: www.fortdelasalmagne.free.fr.

mercredi 10 avril 2013

Le moulin de Plessard sur la route de Compostelle

Notre "semaine Nantaise" prend fin avec une petite randonnée sur les berges de la Loire qui nous conduisent au moulin de Plessard, le temps de comprendre un peu mieux le mécanisme de l'écluse de Vertou, au confluent de la Loire et de la Sèvre Nantaise. Nous sommes à la Chaussée des moines (barrage) édifiée il y a plus de mille ans par les moines de l'abbaye St Martin. Cette écluse avait pour but de réguler suffisamment d'eau entre Vertou et Monnières sur la Sèvre pour la pêche, notamment; elle devait également établir un passage entre Vertou et les villages de la rive gauche et créer une retenue pour actionner un moulin situé à l'emplacement de l'écluse actuelle.
Nous arrivons finalement au majestueux moulin de Plessard devenu au fil des ans un Centre de formation de l'équipe de France de canoé-kayak. Ce moulin est signalé dès 1634 comme moulin à farine appartenant au meunier François Charaud et convoité par le baron François Frédéric Lemet qui le rachète en 1821. De 1851 à 1890, son fils Barthélémy le transforme en minoterie puis il devient usine électrique, de 1890 à 1915. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il est transformé en chamoiserie avant de devenir, en 1975, domaine de la commune de Clisson.
video
On peut y admirer sous les frondaisons arrières du moulin deux statues de granit qui indiquent une halte pour les pélerins se randant à Compostelle. Quant à nous, nous prenons la direction opposée qui nous ramène dans notre belle région de l'Artois!

les salines de Guérande (44)

Autre patrimoine du grand ouest, Guérande, la ville close, et ses marais salants de Saillé. Après une visite des vieux quartiers et de la collégiale St Aubin, sous la pluie, nous rejoignons les marais salants et la Maison des paludiers où nous découvrons la vie et le travail de ces hommes sans cesse tributaires de la mer, au rythme des marées. De juin à septembre, les paludiers récoltent le sel dans les "oeillets", bassins de 70 m2 où le sel se cristallise.
video
Suite aux grandes tempêtes de la fin du XIX ème siècle, les paludiers se sont regroupés en coopératives puis en fédération mais après les années 50 ils durent affronter la rude concurrence des "Salins du Midi" et des "Salines de l'Est", beaucoup plus industrialisés. Dès les années 70, un projet d'aménagement régional a modifié sensiblement le paysage situé entre La Baule et Le Croisic et a vu naître le Parc Naturel de la Brière.

Noirmoutier en l'Ile, le jour du printemps

video
Noirmoutier sous le soleil printannier! Une bonne occasion pour nos "reporters CGA" qui vont découvrir l'île Vendéenne où l'on prépare activement la saison estivale. Le château est encore fermé aux visiteurs mais l'église St Philbert toute proche est accessible! Nous en profitons pour admirer les vitraux qui évoquent les sites remarquable de la région avant de descendre dans la crypte où repose le saint fondateur de cet ancien monastère bénédictin du VIIème siècle qui subit de nombreux outrages (incendies, saccages, etc...) entre le IX ème et le XI ème siècle. Ce sont les sires de Garnache, seigneurs de l'île, qui reconstruisirent une église plus grande. Parmi ses oeuvres majeures, une superbe maquette de frégate réalisée en 1802 par l'horloger de l'île, deux rétables impressionnants, une "descente de la Croix" entourée des listes des "Morts pour la France" de Noirmoutier.L'île se dore au soleil, dans le calme, avant le grand rush de l'été!

Le moulin de la Garenne

Autre point fort de notre "semaine Nantaise", le moulin de la Garenne à Pannecé (44) qui domine le hameau et offre une vue superbe de toute la région. On ne connait pas la date exacte de sa création; on sait simplement qu'il existait déjà en 1680 et qu'il fut cédé au meunier de la paroisse le 11 juin 1748 par les notaires de la cour royale de Nantes et par la Baronnie d'Ancenis.
video
Le moulin cessa de fonctionner en 1965. Il recut la visite de la Duchesse Anne de Bretagne, invitée par le meunier de l'époque pour admirer son domaine. La Loire-Atlantique reste l'une des régions les plus fournies en moulins à vent; une aubaine pour nos représentants travaillant sur l'histoire des moulins d'Europe et du Québec. Pannecé compta jusqu'à huit moulins: la Garenne, le moulin Rivière, la Charrée, St Jacques 1 et 2, la Floquerie, la Petite Haie et le moulin Raffin.

Les métiers de la vigne

La Biennale de Vertou présentait entre-autres un éventail très éclectique de la viticulture et des métiers exercés dans le vignoble Nantais. Une exposition remarquable  où le visiteur pouvait découvrir les plantations de vignes, le travail du vigneron, ses outils et son matériel "lourd", les maladies de la vigne, les métiers autour de la vigne comme celui de tonnelier, les généalogies des grandes familles de vignerons de Sèvre et Maine, les nombreux mariages entre viticulteurs et les scènes de la vie quotidienne du vigneron.
video
Soixante exposants de Loire-Atlantique, Vendée, Maine et Loire, Sarthe, Bretagne, Normandie, Ile de France, Centre, Poitou-Charente, accompagnaient nos représentants du Nord, Pas de Calais et de Corrèze, pour présenter les mille et un visages d'un des métiers les plus anciens et les plus nobles à découvrir sans modération!!

Le CGA au coeur du vignoble Nantais

La "Semaine Nantaise" du CGA continue par la visite du Domaine du château de la Preuille en Vendée. Le Castel de la Preuille se situe à St Hilaire de Loulay (85) près de Clisson. Château féodal du XIIIème siècle, il vit passer dans ses murs Marie Caroline de Bourbon, Duchesse du Berry, en mai 1832. Elle venait y préparer sa tentative de coup d'Etat contre le roi Louis Philippe.
Autour du château, un terroir exceptionnel granitique qui produit du Muscadet sur Lie, du Gros Plan sur Lie, du Chardonnay, du Gamay, les vins du Val de Loire et de Sèvre et Maine. Les frères Dumortier y ont créé un Musée du Vin où l'on peut découvrir non seulement les méthodes de vinification du Muscadet mais aussi tout l'outillage ancien et moderne qui fit et fait encore de ce métier de vigneron l'un des fleurons du Val de Loire: On peut notamment y admirer un grand pressoir long fût, une maie (table de pressoir) en granit, les longs chaix à barriques et les outils de la vigne et du vin.
video
Quant au château, niché dans un écran d'eau et de verdure digne de carte postale, il peut accueillir les visiteurs désirant vivre des vacances de rêve au milieu du vignoble de Sèvre et Maine...

Biennale de Vertou -44-

Beau succés de la Biennale 2013 qui se déroulait en terre vigneronne dans la banlieue Nantaise. Le CGA représentait le Pas de Calais à ce grand rendez-vous de Généalogie et d'Histoire dans l'Ouest. Baptisée "Ciel! Nos Ayeux", cette Biennale avait pour thème le travail des vignerons, leurs outils anciens, les métiers autour de la vigne et les grandes familles de vignerons. Le CGA, quant à lui, présentait une réalisation d'un Adhérent de Seine et Marne "les pressoirs du roi", thématique évoquant les spectaculaires vignobles de Chasselas accrochés aux murs de Thomery (77), oeuvre de François Ier.
L'occasion, aussi, pour notre club, de présenter une page de notre patrimoine minier récemment inscrit à l'UNESCO. Evocation qui vaudra au CGA d'être invité à présenter sa grande thématique sur l'exploitation minière en 2014 dans la région ardoisière de Trélazé près d'Angers!
video video
Le CGA s'exporte bien, désormais, dans l'Hexagone!!